Kroll  
  Ma corbeille
 
Actualité   Livres   TV   Audio
             
Moi Ik Me   Photos   Liens   Contact
 
   
Objets
 
Jeudi 31 Octobre 2013
Dans Le Soir ce matin ...

Kroll défait la censure
DANIEL COUVREUR
Jeudi 31 octobre 2013
dessin de presse Le nouvel album du caricaturiste du «Soir» sort aujourd’hui
L’art humoristique de Pierre Kroll a des vertus pédagogiques.
Pape, roi, dictateur… aucun puissant ne résiste à sa plume acide qui fait grand bien à la démocratie.


entretien

Le Kroll nouveau est arrivé et C’est clair, cette année-là, on s’en souviendra! Le cartooniste du Soir refuse la pensée confortable et continue de taper avec force sur les conventions, de déshabiller les conservatismes. Il se permet même de donner sa version de L’Origine du monde. Sous sa plume, la liberté est toujours à reconquérir. Plus potaches que jamais, ses héros préférés, Albert et Di Rupo, résistent encore et toujours au politiquement correct. L’artiste nous dévoile en avant-première les dessous de la caricature.

Un nouveau pape à Rome, un nouveau dictateur en Corée du Nord et un nouveau Roi à Bruxelles: des temps bénis pour la caricature politique?

C’est vrai que cette année, le grand entraîneur a procédé au remplacement de quelques joueurs. Pour les caricaturistes, c’est du boulot! Uderzo a pu dessiner Astérix et Obélix pareil toute sa vie. En plus, les papes et les rois, c’est censé rester longtemps! Cette année, on m’a changé les deux d’un coup. Mais sur le plan politique, ces trois-là, je ne pense pas qu’ils vont changer grand-chose.

Femen, mariage gay, euthanasie des mineurs: il reste des coups de plume à donner dans les conservatismes?

C’est étonnant comme, nous, les dessinateurs de presse, nous sommes chargés de ce boulot, comme envoyés au front. Je reviens de Tunis où j’ai été rencontrer mes confrères de tout le Maghreb. C’est extraordinaire comme la caricature participe des révolutions. Elle en est un fer de lance. Elle crée et teste sans compromis la liberté d’expression naissante ou retrouvée. Chez nous évidemment, ce n’est pas aussi dangereux, risqué, courageux que là-bas mais le mécanisme, les réflexes, et la mission -si l’on peut dire- sont les mêmes: mettre le doigt où ça fait mal, où ça coince, montrer les enjeux, provoquer la réflexion, nourrir le débat… L’euthanasie, c’est un sujet grave. On a envie de zapper la question mais elle vaut la peine qu’on y réfléchisse. C’est là que le dessin a ses vertus.

Vous publiez le dessin de la mort de Nelson Mandela comme une forme d’exorcisme? Aviez-vous déjà enterré quelqu’un de son vivant?

Durant quelques jours, on était quasiment sûr qu’il allait passer l’arme à gauche. Comme les

journalistes préparent dans ces cas-là les biographies, j’avais préparé un dessin pour ne pas être pris de court. Et voilà qu’il sort de l’hôpital! Dans mes albums, j’aime donner plus qu’une sélection de mes meilleurs dessins parus, donner à voir aussi des choses non publiées ou refusées (comme ça je me venge de leur censure). Ici, avec Mandela, j’ai voulu un peu dévoiler les coulisses: oui, le dessin de sa mort est déjà prêt et c’est sans doute celui-là qui servira le jour où…

Le dessin le plus choquant du livre, c’est Manneken-Pis qui se soulage sur la Wallonie, le déraillement à St-Jacques de Compostelle ou la toile revisitée de «L’Origine du monde»?

Ce sont trois beaux exemples de ce qui peut encore choquer: le premier illustrait les résultats d’un sondage qui disait le peu d’envie d’une majorité de Bruxellois d’unir leur destin aux Wallons. Le dessin avait la force de la caricature sans trahir le fond mais il a choqué beaucoup de Wallons et de Bruxellois. Le déraillement, lui, a été incompris par beaucoup de gens qui s’imaginaient que j’avais voulu faire rire. Il s’agissait bien sûr d’un dessin triste. L’origine du monde, en revanche, c’était un plaisir potache. Le Soir l’a censuré parce qu’il tombait à plat. C’était ma minute de sexe et de vulgarité calculée…

Rendre Philippe drôle: mission impossible?

C’est plutôt l’inverse: la journée du 21 juillet, avec fastes, flonflons et 16 heures de direct TV a renversé son image. Dès le lendemain, des lecteurs m’écrivaient «Arrêtez de le dessiner comme un benêt, ce type est extraordinaire, un grand homme». Il avait d’un coup les qualités d’un roi: la propagande, ça existe partout!

DANIEL COUVREUR

  


Jeudi 31 Octobre 2013
Des rencontres passionnantes à Tunis

Sur l image ici: les filles Claire et Alice sont les chevilles ouvrières de Cartooning For Peace / Tawfiq Omrane est dessinateur tunisien, à ses côté Baki est d'Alger, en-dessous avec le béret de Che Guevarra, Nizar est Libyen et Khalid Gueddar est Marocain / derrière moi Damien Glez est du Burkina faso posant la main sur l épaule de Slim qui est algérien. Plantu c est Plantu et à ses côtés c est un traducteur. Vous savez tout. Un article dans "Jeune Afrique" ? Voila : http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131030122517/presse-medias-caricature-humourcartooning-for-peace-a-tunis-la-grande-omelette-n-a-pas-eu-lieu.html

  


Jeudi 31 Octobre 2013
France 24 ... parfois le petit dessin animé de la RTBF

http://www.france24.com/fr/20131025-une-semaine-le-monde-tunisie-larayedh-ump-droit-du-sol-nsa-ecoutes-partie-2

  


Actualités 1 à 3 sur un total de 6 (Octobre 2013)
Page  1  2 


© Pierre Kroll | Flux RSS | Mentions légales | design by debie.com | CMS by belghost.eu